206 Mélancolie au comptoir

Si l’on en riait ?
Et si l’on rendait les armes ?
La guerre en été !

~~~

Enlacés sur les marches antiques,
le rideau tombe sur un enfant éviscéré
implorant notre pitié.

~~~

Toccata et fuite en avant.
je@n_sebastienbach.orgue
La réalité fout le camp.

~~~

J’attends la mort des valentines
Un fond de musiques en sourdine.
Dans le bar, la décrépitude,
devient une habitude.

~~~

Le clou blesse le mur,
mais porte un joli tableau.
Ainsi ma passion.

~~~

Réveillé en sursaut…
la langue noire de la mort
avait un goût sucré.

~~~

Grandeur et décadence des Roms,
armés de violons acérés
pour trancher la neige ou les fleurs.

~~~

Timide, l’aube est blottie
sur le perron de mes paupières,
et n’ose pas se manifester.

~~~

Couturière du chaos :
à tant chercher la faille en moi,
tu risques de tout déchirer.

~~~

Serions-nous simplement les notes
d’un mouvement triste
du grand opéra ?

~~~

« Il y a de ces moments froids où tu étrangles des colombes et te réchauffes avec leurs ailes. »

(Vladimir Holan)

 

Laisser un commentaire