219 L’assaut des saisons

J’admirais l’aube
et l’eau s’est évaporée :
un thé pour le ciel !

~~~

Regard dans le vide
et les sens anesthésiés.
Un amour muet.

~~~

Sentiments meurtris.
Accident de souvenirs
sous une pluie de fleurs.

~~~

Comment concilliez-vous
être à la fois frénétiques
et terriblement lents ?

~~~

À cause du nom :
« impasse des églantines »
pleurer en secret…

~~~

Pouvoir m’envoler
depuis le bord du ravin,
revenir de loin.

~~~

Une source coule
entre les pierres du Tao,
où la vie s’abreuve.

~~~

Sans tes pieds glacés
l’hiver est monotone
et le lit lassant

~~~

Pour ce peu de miel
vient à bout de l’abeille
l’assaut des saisons ?

~~~

Un ciel étoilé
se perd dans le sable noir
entre mes orteils.

~~~

« Elle tire la jouissance d’être un murmure encore, sous les yeux du silence. » (Rilke)

Un commentaire

  1. Coucou Benoît, quel plaisir de te retrouver !
    Comment va la vie pour toi ? Ici tout va bien, mes enfants vont plutôt bien et mes petits-enfants aussi et je vais bientôt les voir un peu.
    Merci pour ces magnifiques poèmes que tu me, nous envoie.
    Je t’embrasse fort et serait heureuse d’avoir plus de nouvelles de toi.
    Catherine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.